À Belfort, le nucléaire de demain se dessine avec la CFE-CGC

« Il y a un an et demi, qui aurait pensé qu’on créerait une start-up dans le nucléaire ! D’autant que les partenaires que nous nous apprêtons à annoncer sont vraiment des acteurs mondiaux qui nous font confiance. » L’homme qui s’exclame ainsi est Philippe Petitcolin, coordinateur national de la CFE-CGC à General Electric. Son « nous » désigne les sept cofondateurs de Neext Engineering, une start-up dédiée à l’ingénierie des petits réacteurs nucléaires (small modular reactor ou SMR). Des fondateurs parmi lesquels figure un autre élu de la CFE-CGC, Jean-Louis Vignolo, ancien Senior manager de l’Ingénierie chez GE, aujourd’hui directeur de la Vallée de l’Energie.

Associés-fondateurs de la start-up, tous deux le sont à titre individuel mais l’entreprise découle en ligne directe de leurs combats syndicaux. En 2021, sous l’impulsion de l’intersyndicale de General Electric, était créée l’association APSIIS visant à incuber des projets technologiques et industriels dans le domaine de l’énergie. Une structure rassemblant des syndicalistes de la CFE-CGC et de SUD, mais aussi des entreprises comme EDF ou Capgemini, les pouvoirs publics (région, Grand Belfort…), des pôles de compétitivité (Nuclear Valley, H2BFC…) et des cadres de l’industrie.

L’APPEL À PROJETS FRANCE 2030 DANS LE VISEUR

Neext Engineering est la première déclinaison entrepreneuriale d’APSIIS et en particulier de son groupe de travail sur le nucléaire réunissant des salariés de GE, des ingénieurs et des sachants de la filière. Le positionnement de la jeune pousse ? Elle va se battre initialement sur trois créneaux :  l’ingénierie moderne (et donc la vente de services) dans le domaine des SMR ; le développement d’un outil digital annoncé comme « très disruptif » en ingénierie ; et la candidature à l’appel à projets France 2030 visant à faire éclore en France des réacteurs nucléaires de petite taille, innovants et avec une meilleure gestion des déchets.

France 2030 est dotée d’une enveloppe de 500 millions d’euros pour les start-up. Philippe Petitcolin ne cache pas que le fait que les dossiers de candidature soient à déposer avant juin 2023 a accéléré la naissance de son bébé : « Il s’agit d’une opportunité unique en termes de financement public potentiel, nous devons en être car nous avons vraiment une carte à jouer. »

Réinventer la conception des installations de réacteurs dans les centrales »

Si elle est retenue par France 2030, la société pourrait embaucher une quinzaine de salariés : ingénieurs intégrateurs belfortains, ingénieurs en modélisation multi-physique et développeurs informatiques, « puisqu’une des clés de notre innovation va être de réinventer la conception des installations de réacteurs dans les centrales et que le digital va jouer un rôle important ».

Tout cela s’inscrit dans la continuité des actions militantes au sein de GE afin d’assurer la transition industrielle du centre d’excellence mondial de Belfort, et d’y conserver des compétences d’ingénierie historiques.

Gilles Lockhart