Ensemble pour bâtir notre avenir
Qui sommes nous

Qui Sommes-nous ?

Le mot du président

Gérard Duez,
Président de la CFE-CGC BTP

 

Entre urgence et essentiel

 

 

Gérard Duez, président de la CFE-CGC BTP

Pour les salariés et les partenaires sociaux, tout s’accélère. Depuis plusieurs mois, c’est la  «Grande Boucle» des négociations et des réformes. Et il n’est pas question de laisser le peloton s’échapper.  Dans les allées de l’Assemblée nationale ; lors des rencontres entre syndicats, organisations patronales et représentants des pouvoirs publics ; dans les entreprises, où nos délégués syndicaux et nos élus se forment pour défendre l’intérêt des salariés : partout l’urgence prime. Bien souvent l’essentiel est oublié.

L’urgence s’illustre dans le rythme des réformes sociales menées par le gouvernement d’Édouard Philippe. En l’espace d’un an, les partenaires sociaux ont dû négocier ou voir passer les « ordonnances Macron » sur le code du Travail, le big bang de la formation professionnelle et de l’apprentissage, sans oublier l’assurance-chômage. Quant à la réforme des retraites, elle suit son cours, sous la houlette de Jean-Paul Delevoye.

Dans le BTP aussi, tout s’accélère. Le gouvernement demande le regroupement des actuels OPCA, qui perdent la mission de collecte des contributions et qui vont devenir des Opérateurs de Compétences (OPCO). D’ici au 30 octobre, les partenaires sociaux du BTP, dont la CFE-CGC BTP, doivent trouver un accord pour définir le nouveau champ d’intervention autour d’une filière cohérente et mieux structurée, sous peine de se le voir imposer. L’avenir de l’OPCA de la Construction est en jeu. Ces derniers mois, notre syndicat a également été partie prenante des accords sur la prévoyance, sur la fusion des caisses de retraite Agirc et Arrco ou sur la mise en place de la Commission paritaire permanente de négociation et d’interprétation (CPPNI).

L’essentiel, parfois sous-estimé, ce sont les conséquences de ces accélérations pour les salariés. Vous le lirez dans Les Cahiers du BTP, l’arrivée du comité social et économique, et avec lui la disparition des CHSCT, pose de sérieuses questions au sein des entreprises. Dans ce contexte, le rôle et l’utilité de notre syndicat va se renforcer, j’en suis convaincu.